Michel Rolland monte sur le ring!

Michel Rolland monte sur le ring!


Après Denis Dubourdieu, c’est au tour de Michel Rolland, l’œnologue star du Bordelais, que le monde entier nous envie, de publier son livre : Le Gourou du Vin.

Ce premier ouvrage, a été annoncé comme un règlement de compte contre tous les mécréants qui n’y connaissent rien dans la culture du vin tout en se permettant d’en parler ou d’en faire des films (Mondovino) ! Nous allions en avoir pour notre argent, lire la sueur, les larmes, et peut-être même voir le sang couler à travers les pages !
Même la préface nous en mettait plein la vue, ou presque.

Et puis en fait, le livre commence par de longs chapitres autobiographiques ou les décors n’en finissent pas d’être mis en place. Nous découvrons Pomerol et le château familial (Le Bon Pasteur) et les préoccupations viticoles du temps ou l’auteur portaient des culottes courtes. Un décor qui apporte peu d’informations utiles au lecteur si ce n’est sur l’origine de Michel Rolland. Il s’en suit alors un égrenage de la qualité des millésimes bordelais où il est entre autres question de barrique hors d’âge et de dilution de la qualité des vins.

Nous en apprenons à peine plus sur la rencontre et l’amitié avec le grand Bob (Robert Parker Jr) mais nous nous épanchons sur le cas du « janséniste altermondialiste [Jonathan Nossiter] et ses acolytes ». Les arguments s’enchainent sans que le lecteur puisse se faire un avis tranché vis-à-vis de messieurs Nossiter ou Dupont (journaliste Le Point) s’il ne les connait pas un tant soit peu.

Dans un sprint final, nous découvrons une partie des clients (une bonne centaine) et surtout les pays dans lesquels l’œnologue consultant opère. Le lecteur est alors invité à suivre Michel Rolland aux 4 coins du globe. Point de départ, les USA et l’Argentine ; les deux pays où il aime à se ressourcer. Le voyage prend une autre dimension avec d’autres pays tels que l’Afrique du Sud, l’Inde et la Chine.

Au final, pas de ring, pas de sang malgré quelques attaques en règle sur messieurs Nossiter et Dupont. Non, les 200 pages sont consacrées à l’autobiographie au château Bon Pasteur, à l’historique des millésimes et aux vignobles ou Michel Rolland officie. Mais l’œnologue consultant ne manque pas pour autant de donner sa vision du vin (viti comme vini) et son évolution toujours trop lente à son goût.

“Le Gourou du Vin” – éditions Glénat – 19,99€

 

 

#Winelover et un peu "geek" sur les bords, je suis naturellement effervescent (@champagnepetre) et dingue de médias sociaux. Je suis social média manager pour le compte de diverses sociétés en lien avec la filière vin.