J’ai survécu à la Bataille du Printemps des Vins de Blaye

J’ai survécu à la Bataille du Printemps des Vins de Blaye

Je suis fier de vous annoncer que j’ai enfin réussi à élucider le mystère de ce printemps pourri ! Cela m’a demandé pas mal de temps, mais aujourd’hui cela m’apparait au grand jour, presque aussi limpide qu’un verre de sauvignon blanc ! Il s’avère que notre très adoré soleil avait tout simplement besoin de son warm-up. De ce petit déclic qui le fait se sortir de sa torpeur. La raison est simple, il se préservait tout simplement pour pouvoir assister au Printemps des Vins de Blaye en pleine forme.

Printemps des Vins de Blaye

Si si, je vous le promets, Mister Soleil était bien présent et radieux à la 19ème édition du Printemps des Vins de Blaye. Je suspecte même plusieurs visiteurs de l’avoir rencontré d’un peu trop près. Certains ayant adopté des couleurs violacées voire carrément rouge écrevisse ! A moins que ce ne soit dû à la présence des 80 vignerons, tous plus enthousiastes les uns que les autres à nous faire déguster leurs plus belles cuvées. Enfin ça, je vous en laisse seul juge :)

Chef, j’ai un plan !

Mais avant de rejoindre Blaye et son Printemps des Vins, j’ai dû avec quelques acolytes établir un plan d’attaque digne du grand maître Sun Tzu. Il faut dire que nous nous apprêtions à prendre d’assaut une place forte de 38 hectares, rien que ça ! Place, qui plus est, réputée imprenable suite à sa modernisation instaurée par Vauban lui-même en 1689. Bref, la Citadelle de Blaye nous attendait de pied ferme !

Mais revenons au plan d’attaque, nous fallait-il lancer notre attaque en passant par la Gironde ? Au risque de nous faire prendre sous le feu des canons du fort Médoc placés en embuscades sur l’autre rive. Ou bien, nous fallait-il passer par les terres et affronter l’infanterie ? En passant en revue nos forces en présence, nous avons été obligés de constater que nous n’étions équipés que d’une SEAT, oui mais Top Moumoute ! Nous attaquerions donc en force par les terres sablo-graveleuses de Blaye !

Printemps des Vins de Blaye

Fort heureusement, arrivés sur place, les quelques canons encore présents sont restés silencieux. Les généraux étaient remplacés par des organisateurs équipés de Talky-Walky. Les fantassins, quant à eux, étaient remplacés par une armée de vignerons vêtue de tabliers aux couleurs des nations Blaye et Blaye Côte de Bordeaux. Il est à noter que les belligérants étaient tous armés de tire-bouchons et de redoutables et non moins fameux canons de 75cl. Le sang de la treille allait alors couler pour abreuver pas moins de 15 000 visiteurs. Le champ de bataille était planté !

Printemps des Vins de Blaye

Opération Ninja, à non, c’est Printemps des Vins de Blaye

Deux jours de combats intenses, mais tout de même, j’ai réussi à m’en tirer sans aucun bobo, bien au contraire. Il faut dire que j’avais une arme ultime, un Pass ! D’une valeur de 5€, ce pass allait m’offrir l’immunité pour la totalité du weekend.

Il faut dire que j’aurais eu tort de m’en priver devant l’ampleur de la tâche. Imaginez vous, partir à la découverte de 80 vignerons dans un lieu historique, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2008. Participer à des ateliers venant titiller tous vos sens, découvrir les métiers autour du vin et enfin s’essayer aux accords mets/vins avec les nombreux producteurs de produits gastronomiques.

Pour ma part, j’ai participé à l’atelier Assemblage, dirigé par le lieutenant B-Winemarker. Sympathique et pédagogue, le lieutenant m’a autorisé à assembler et repartir avec mon propre canon de 75 ! Un assemblage composé à 60% de cabernet sauvignon et 40% de merlot, une vraie potion magique pour soldat en mal de tendresse.

Printemps des Vins de Blaye

Quelques instants plus tard, le Talky Walky s’est mis à grésiller et le sergent Matthieu Pelissier me conduisit à un nouveau point de chute. Direction l’atelier cuisine, commandé par le Chef Yann Douet. Le pire c’est qu’il l’est, doué, le chef blayais ! Aussi rapide que l’éclair, il nous a préparé des entrées dignes de Top Chef, dans un temps record. Le tout avec un défi digne des pires champs de batailles, cuisiner à froid, sans plaques de cuisson ! Mais quel bonheur de le voir ainsi s’exécuter et sublimer des produits aussi simples qu’une … moule ! De quoi nous redonner du baume au coeur avant de monter au front.

Printemps des Vins de Blaye - Chef Yann Douet - Pierre Alex Brossard

Après ces réjouissances vint le moment tant redouté, de remonter au front pour en découdre avec la dégustation des cuvées réunies par les 80 vignerons répartis dans les salles et places de la Citadelle de Blaye. Je dois avouer avoir été marqué par l’enthousiasme de chacun, et ce malgré les assauts répétés des nombreux visiteurs présents. Les vins présentés couvraient un large panel de millésimes. L’occasion de découvrir la particularité de chacun d’entre eux.

Printemps des Vins de Blaye - Photo Pierre Alex Brossard

En fin d’après midi, épuisés par tant de combats, mais heureux d’avoir rencontré les vignerons de Blaye, nous décidions de faire le tour de la citadelle. Il faut dire qu’ils nous restaient encore des animations, une citadelle c’est grand, très grand ! Alors que certains décidaient de s’adonner au survol du vignoble en hélicoptère, j’optais pour un tour de bateau sur la Gironde. Rien de tel pour comprendre l’étendue de l’estuaire le plus long d’Europe couvrant  plus de 70km de long, 3km au moins large et 9 au plus large, ça en fait une masse d’eau ! De retour sur la terme ferme, je me suis rafraîchi les idées en parcourant les souterrains et les douves de la citadelle. Il me restait plus alors qu’à me détendre dans le Clos de l’Échauguette, l’unique parcelle de vigne enserrée dans les mûrs d’enceintes  de la citadelle.

listen to ‘Le printemps des vins de Blaye’ on Audioboo

Printemps des Vins de Blaye - Photo Pierre Alex Brossard

Mais vite, il faut déjà penser à repartir, car le lendemain, il nous reste encore des vins à déguster et l’intronisation d’une certaine Miss Vicky Wine au titre de Connétable de Blaye !

Intronisation-Vicky

La vie de soldat aux Printemps des Vins de Blaye, il n’y a pas à dire, c’est bachique !

#Winelover et un peu "geek" sur les bords, je suis naturellement effervescent (@champagnepetre) et dingue de médias sociaux. Je suis social média manager pour le compte de diverses sociétés en lien avec la filière vin.
  • Alexis Sabourin

    Le Printemps des Vins de Blaye qui a lieu dans un cadre exceptionnel et dans une ambiance conviviale est en train de devenir un grand rendez-vous viticole. C’était quelque chose aussi derrière la barrique !

    http://alexissabourin.wordpress.com/2013/04/16/un-printemps-des-vins-de-blaye-au-top/

    La bande audio apporte son lot d’informations : concernant la jeunesse
    des visiteurs, il est encore heureux que les jeunes s’intéressent au vin
    dans le vignoble Bordelais, sinon on pourrait s’inquiéter pour le devenir du vin au-delà de nos frontières. Enfin, si le public avait la banane, c’est grâce au soleil, mais aussi grâce à l’énergie des vignerons… et des organisateurs qui ont fait du très bon boulot.

    Au fait Vincent, on dit bien Bl-Aïe (comme la moutarde Maille) ! :D

    • https://profiles.google.com/vincent.petre Vincent Pétré

      En effet Alexis, la citadelle et l’estuaire de la Gironde constituaient un cadre idyllique pour mettre en avant le talent des vignerons de Blaye.

      En ce qui concerne l’attrait des jeunes pour le vin, je ne me fais pas trop de soucis. Nombre d’acteurs savent innover pour les attirer. Il se dit même que le Terroir redeviendrait à la mode, certainement grâce au Terroircamp et aux scandales actuels des industriels de l’agroalimentaire.

      Pour la prononciation, j’essaye de me soigner. Matthieu va me donner des cours de dugustaprononciation :)

  • Pingback: ShareBordeaux | Un week-end remarquable en terres de Blaye()